hepoccas/affiliation

Les symptômes d'une vie mal vécue !

Vous pouvez me rejoindre sur facebook:gilbert yernaux

sur twitter :hepoccas

Suite a vos demande mon blog est un blog magique Bannière blog magique

Le corps se comporte comme un ange gardien. Il nous avertit du danger. Il est un véritable baromètre de la

survie, car grâce à lui, nous pouvons nous préserver de presque tous les maux.

Souvenez-vous lorsque vous avez fumé votre première cigarette, et si vous n'avez jamais fait l'expérience,

demandez à quelqu'un d'honnête de vous dire ce qu'il a ressenti lorsqu'il a fumé pour la première fois.

Lorsqu'un individu porte, pour la première fois, une cigarette à la bouche, et qu'il s'apprête à l'allumer, il se

sent fier et complètement sûr de lui. Par contre, lorsqu'il l'allume, et que la fumée entre dans sa bouche après

l’avoir aspirée, on le voit qui suffoque, on l'entend qu'il tousse et l’on remarque que son visage devient tout

rouge, tout autant que ses yeux qui baignent encore dans la fumée.

Le corps réagit violemment à un corps étranger qui n'est pas bon pour lui. Même si le mal qu'il peut lui faire ne

se manifeste pas le premier jour. Malheureusement, on est tellement occupé à vouloir faire comme les plus

grands, qu'on obéit au besoin d'être reconnu plutôt qu'à la sagesse du corps. Ensuite, on connait parfaitement

les conséquences de ce mal terrible qu'est la cigarette.

Ce même corps réagit en toutes circonstances, lorsqu'il est mis à rude épreuve et que ce qu'on lui fait subir ne

peut pas lui convenir. Prenez l'exemple d'une drogue. Un jeune se met à fumer du cannabis. Il va ressentir une

perte du lien qui le lie avec la réalité. Il va se mettre à rire pour tout et n'importe quoi, il va même parfois

ressentir de l'angoisse et un profond mal-être. Quand les effets de la drogue ont cessé, le corps manifeste un

effet de manque. Non pas parce qu'il réclame qu'on reprenne de la drogue, mais parce que ce qu'il vient de

consommer ne lui convient pas du tout. Le corps réagit, il ne peut tolérer longtemps cette mise à l'épreuve sans

risque. Il sait que lorsqu'il n'est plus en état d'alerte, il ne peut plus prévenir du danger. Il sait très bien que

durant les effets de cette drogue, s'il survient un danger, il peut ne pas le voir ou ne pas s'en rendre compte

assez vite.

Le même principe s'applique avec l'alcool. Le corps va réagir assez violemment. Non seulement la personne va

perdre les repères habituels de la réalité, mais en plus elle va perdre ses propres valeurs, son raisonnement,

sa modération. L'excitation va lui faire perdre ses moyens et elle acceptera n'importe quoi de l'autre, même si

c'est contraire à ses principes.

Le corps témoigne généralement son mécontentement le lendemain, quand la personne est soumise à de

terribles migraines et que les vertiges l'empêchent de se lever. Et c'est le moindre mal, car malheureusement,

on connait tous les dégâts que peut occasionner l'alcool.

Ce que l'on peut constater, c'est que le corps et l'esprit ne sont pas tant que cela dissociés. Ils le sont que

lorsque la volonté s'interpose. Mais en général, cette sagesse du corps s'applique à l'esprit.

---------------------------------------------------------------------------------------------

1-Recevez notre newsletters tous les mois

2-Pour les échanges de liens

3-Pour pouvoir employer une partie des écris

                 Inscrivez vous ici

Civilité :
Prénom :
Email : *
Ville :
Pays :
Site Web :
Design : Bordeaux.my - Crédit photo : C.R. - Tous droits réservés